Accueil » Disco Elysium : Interview de Jullian Champenois, doubleur du personnage Kim Kitsuragi

Disco Elysium : Interview de Jullian Champenois, doubleur du personnage Kim Kitsuragi

Attention : Cette interview contient quelques spoilers.

Disco Elysium Kim Kitsugari Harry Dubois Interview ZAUM ZA/UM Estonie PC RPG CRPG No truces for the furies Steam GOG GOTY Doublage acteur voice acteur

Bonjour, pour commencer, il est intéressant de constater que vous étiez chanteur à l’origine, vous avez vraisemblablement commencé en 2002 puis vous avez ouvert un compte Myspace (https://myspace.com/jullianchampenois) et un compte YouTube (https://www.youtube.com/user/jullianchampenois) en 2005-2006 comme ont pu le faire de nombreux jeunes artistes à l’époque. Ce qui fait que jouer de vos cordes vocales a toujours été votre passion et votre métier. Qu’est ce qui vous a amené dans un premier temps à vous lancer dans la musique, et à finalement croire au potentiel que pouvait avoir votre voix ?

Bonjour et merci pour votre démarche. Je vois que vous avez vraiment bien fait votre travail de recherche, c’est très impressionnant ! J’ai commencé la musique en 1998 en jouant de la guitare pour m’accompagner au chant sur des reprises de Noir Désir, Manu Chao et autres, et surtout sur les chansons que j’écrivais et composais. J’ai toujours été passionné par la musique, les textes, et bien-sûr aussi par la voix comme médium de communication et comme instrument. J’ai principalement appris par moi-même et avec des amis, même si j’ai passé un an dans une école de musique en 2002. C’est ensuite que j’ai commencé à me
produire sur scène régulièrement, seul d’abord, puis au sein d’un groupe, JAGM, avec lequel on a tourné pendant 3 ans et enregistré un album (Interrogation Affirmative). Mon rapport au chant a toujours été instinctif, naturel et spontané. J’ai beaucoup écrit pour chanter des choses que j’avais envie de dire, de raconter ou de crier.


Si on avance dans le temps, on peut voir vous aviez formé un groupe de quatre artistes (deux guitaristes, un accordéoniste et un contrebassiste) et que vous avez fait de la musique pendant 15 ans. Vous avez eu des passages sur scène et en radio, mais d’après la biographie disponible sur votre site (https://voixoff.jullian.be/fr/), c’est votre rencontre avec Justin Douiliez (producteur de radio RTL et artiste voix off) qui va vraisemblablement changer les choses. À ce moment précis de votre vie, qu’est-ce qui vous fait transiter du chant au doublage ? Puisque on peut constater que vous avez réalisé un premier album en 2012 nommé “Origines” et une démo en 2013.

Après le groupe JAGM (2003 – 2006), j’ai continué en solo. A cette époque, la musique était ma priorité, également sur le plan professionnel. J’ai alors lancé un autre projet et réuni des musiciens pour m’accompagner sur mes chansons. Au total, avec JAGM, en solo, puis avec cette autre formation (Jullian) j’ai fait presque 300 concerts, en France, Espagne, en Finlande et en Belgique. Mes premiers contacts avec le monde de la voix off ont commencé il y a environ 7 ans. C’était de l’illustration sonore pour un site web qu ‘un ami concevait. Par la suite, j’ai participé à d’autres projets et surtout travaillé en studio. Depuis 2005 environ, je suis équipé en microphones, stations de travail audionumériques, softwares, carte son etc. J’ai donc développé mes connaissances en prises de son et traitement audio depuis lors. C’est à la fin de l’année 2016, à un tournant de ma vie professionnelle, que je me suis investi dans la voix off à temps plein. Un mélange d’envies, de réflexions et de hasards m’a mis sur cette route qui est devenue mon job principal. J’ai effectivement pris quelques cours avec Justin à ce moment-là, pour continuer à me former. J’avais déjà réuni les ingrédients composant le travail de voix off : le travail de la voix et de l’émotion, la technique, le matériel audio et les connaissances en prises de son et édition. Il me restait alors à les mélanger et à bien faire prendre la recette, en incorporant tout ce qui fait les particularités de ce métier. Il faut distinguer doublage et voix off, puisque le doublage implique la synchronisation avec les lèvres d’un acteur ou d’un personnage. Je n’ai jamais fait de doublage.


Cette démo intitulée sobrement “Demo 2013” comprend deux titres qu’on pourrait presque considérer comme prophétique vis-à-vis de Disco Elysium puisqu’ils se nomment “ivresse” et “qui sera le nouveaux ?”. Quelle était jusqu’à présent la place du jeu vidéo dans votre vie ? Aviez-vous déjà songé à faire profiter le secteur vidéo-ludique de votre voix lorsque vous avez commencé le doublage ?

Je ne suis pas vraiment un gamer, mais j’ai beaucoup apprécié certains jeux qui m’ont marqué quand j’étais jeune. Par exemple Zelda, Dune, Age of Empires… Tout comme Disco Elysium, ils incorporaient une forte composante historique ou narrative. Je pense avoir fait quelques castings pour des voix off de jeux videos avant Disco Elysium, mais c’était mon premier job dans cette industrie. En effet, après les albums JAGM – Interrogation affirmative, puis Jullian – Origines, j’ai pris un peu de distance avec le travail de musicien et auteur-compositeur. C’est à ce moment que j’ai écrit, composé et enregistré seul ces deux titres, qui ont marqué une pause en musique et une transition vers d’autres aventures. Quand à la prophétie, on y voit ce qu’on veut y voir, mais l’ivresse est un sujet presque universel et est liée à de nombreux moments heureux de ma vie. « Qui sera le nouveau » est le signe d’une page qui se tourne et marque le début d’un nouveau chapitre.

Vous vous définissez encore comme producteur de musique, chanteur et parolier, pensez-vous un jour refaire un album ?

Tout à fait. Avec les années j’ai continué à approfondir mon exploration musicale, à développer d’autres techniques de créations, appris à utiliser d’autres d’instruments, des machines électroniques, appris à composer de la musique orchestrale, le sound design, le mix… Je prends énormément de plaisir à composer, à jouer avec les notes et les sons, à explorer des paysages sonores, c’est une activité que je pratique très régulièrement et avec
passion. Les paroles me viennent avec moins d’abondance que les notes, mais la musique se suffit parfois à elle-même. J’avais engagé beaucoup de mon temps et de mes moyens dans le développement d’une carrière dans la musique. J’ai écrit et composé les chansons, financé et organisé la production, créé le site web etc. Et après la sortie de l’album Origines, qui a reçu un très bon accueil mais dans un cercle plutôt restreint, n’étant pas parvenu à susciter l’intérêt d’un label ou d’un agent, j’ai décidé de ne faire de la musique que quand j’en avais envie et comme j’en avais envie, et non plus comme l’unique source de mes revenus. J’ai donc fait une longue pause à ce moment-là. Mais comme vous pouvez le voir sur ma chaîne Youtube, j’ai recommencé à sortir de nouveaux morceaux, et il y en a encore beaucoup sur le banc de mixage en ce moment… A suivre !

Sur la biographie qui est disponible sur votre site ainsi que sur la description de votre compte twitter (https://twitter.com/julliannailluj), on peut lire que vous savez parler couramment l’espagnol, l’anglais et le chinois. Votre apprentissage des langues s’est-il fait au cours de votre carrière de chanteur ou durant vos sessions de doublage ? Puisque certaines des compagnies avec lequel vous avez travaillées sont Allemande et Néerlandaise, et que le studio ZA/UM à l’origine de Disco Elysium est Estonien.


J’aime les langues, tout comme j’aime la musique, au final il s’agit toujours de langage. J’ai appris l’anglais à l’école, l’espagnol en l’étudiant en Espagne pendant un an, et le chinois en vivant en Chine pendant 3 ans. Cela n’est donc pas lié au chant ni à la voix off. Mais les langues me sont utiles dans ces deux domaines puisque j’écris également des chansons en espagnol et en chinois, comme vous pourrez bientôt le découvrir. Et dans le jeu qui nous réunit, la place de l’anglais est fondamentale puisque l’entièreté de la voix est en anglais. Aussi, l’anglais est la langue que j’emploie avec 90 % de mes clients même si je fais en grande majorité des voix off en français. En général quand j’enregistre des voix en anglais c’est que le client souhaite entendre un léger accent français avec un bon niveau d’anglais, comme dans le cas de Disco Elysium.

Sur l’une des toutes premières vidéos de présentation du jeu vidéo Disco Elysium (lorsque le projet était encore nommé “No Truces with the Furies”), on remarque que le personnage de Kim Kitsuragi n’était pas encore doublé par vous en 2017. Quand et par quel intermédiaire avez-vous été abordé par le studio de développement ZA/UM ? Était-il d’ores et déjà prévu que vous jouiez le rôle de Kim Kitsuragi ou envisagiez-vous un autre rôle pour le jeu à la base ?

J’ai été abordé par une agence de castings de voix off à laquelle ZA/UM avait fait appel pour trouver la voix de Kim Kitsuragi. J’ai donc fait l’essai casting en été 2019 et j’ai été choisi quelques jours plus tard.

Vous dites avoir une parfaite maîtrise de l’espagnol et de l’anglais avec “un accent français”, est-ce aussi la plus-value qui a fait la différence pour l’équipe derrière le jeu ?

En effet, puisque Disco Elysium comprend de nombreux autres personnages ayant un accent français, malgré le fait qu’ils s’expriment en anglais.
L’accent français était un trait souhaité par l’équipe, parmi d’autres caractéristiques vocales, de timbre ou de personnalité.

C’est une question aux allures comiques, mais comment avez-vous abordé en tant que Belge le fait de doubler en anglais un personnage asiatique venant d’un pays fictif ? C’est un mélange culturel intéressant pour un tel personnage (qui subit le racisme durant l’aventure et qui a un background dans lequel le personnage est fier de sa nationalité mais n’a jamais pu renouer avec ses origines asiatiques).

J’ai vécu 5 années à l’étranger et je parle plusieurs langues tous les jours. J’ai moi même été belge en Asie. A la lecture du scénario, des dialogues et des informations biographiques de Kim, il y avait des coïncidences, c’était par moments comme un rendez-vous de différents éléments de ma vie, que j’ai pris plaisir à réunir et à mélanger au cours de ce travail.

Quelles informations sur le jeu et votre personnage l’équipe vous a-t-elle confiée ? Aviez-vous uniquement des images du jeu, le contexte des scènes, le background ou bien le scénario ? Comment le studio vous a présenté votre rôle ?

D’abord, pour le casting, j’avais reçu une page de dialogues correspondant aux premiers mots de Kim dans le jeu, avec un petit texte qui dressait son portrait. Puis après avoir été sélectionné, j’ai reçu un accès à la version beta du jeu, dans lequel je me suis vite plongé avec curiosité et plaisir, découvrant les paysages, l’ambiance… Kaur Kender, un des producteurs m’a dit de ne rien changer à ma voix par rapport au casting, de parler naturellement. C’était la voix qu’ils recherchaient pour Kim Kitsuragi. J’étais très flatté et ça m’a aussi vraiment mis à l’aise.

Après, il fallait bien-sûr comprendre l’intention de chaque phrase, de chaque mot, peser son contexte et la traduire en jeu. C’est là qu’en studio, Jim Ashilevi, le directeur artistique, et Mikee Goodman, l’ingénieur du son, également acteur de voix off, m’ont guidé scène après scène, phrase après phrase. On a pris beaucoup de plaisir à se retrouver tous les matins pour des journées entières en studio. Ils me décrivaient la scène où intervenait Kim, l’intention
derrière les mots et le contexte. Il y avait vraiment une belle ambiance, très professionnelle et très amicale.

La description de votre compte YouTube définissait votre groupe comme la “subversion et l’évasion, la passion et les frissons” avec du “reggae, du rock et du flamenco”, dans la vraie vie est-ce que vous ne vous seriez pas plus proche du personnage d’Harry ? Puisque Kim Kitsuragi, est plutôt la force tranquille qui vient offrir un pied à terre aux passions du héros, ce qui entre en concordance avec le fait que votre site nous informe que vous pouvez jouer une voix “calme et apaisante”. Quelle part de vous-même transparaît dans votre personnage ?

Effectivement, et même si cette description date, je suis sans-doute plus proche d’un Harry capable d’être exubérant, passionné, excessif avec un brin de folie, fou de voyage, avide de passion et de fête, que d’un Kim très réservé. Néanmoins comme tout le monde, une dualité m’habite et j’ai également un côté posé, calme, solitaire, animé par mes activités créatives. J’aime cette dualité. J’ai donc évidemment plutôt fait appel à ce second versant de ma personnalité pour incarner le personnage de Kim.

Votre interprétation a-t-elle évoluée au cours des enregistrements ? Au fur et à mesure que vous faisiez corps avec le personnage, avez-vous rencontré des difficultés à enregistrer certaines répliques ou au contraire avez-vous été marqué par certaines d’entre elles ? Si oui, lesquelles ?

La première journée a été la plus longue et la plus lente. Il a fallu trouver le ton juste, créer le vocabulaire vocal de Kim, explorer le rang des intonations dont il était capable, exclure celles-qui ne lui collaient pas. Il ne s’agissait pas de suivre un modèle préexistant mais de créer à partir de rien, sous la guidance de mes deux talentueux collègues. Les journées suivantes se sont enchaînées avec de plus en plus de facilité et d’amusement.

Il y’a une phrase très forte qui peut apparaître chez certains joueurs lors de leur première rencontre avec Kim Kitsuragi s’ils ont suffisamment de points de compétence dans le trait de caractère “esprit de corps”. Cette phrase dit qu’avant même que votre personnage puisse faire la connaissance d’Harry, il serait prêt à risquer sa vie pour lui. Comment définiriez-vous l’équilibre qui repose dans ce binôme que tout oppose en théorie ?

Disco Elysium Kim Kitsugari Harry Dubois Interview ZAUM ZA/UM Estonie PC RPG CRPG No truces for the furies Steam GOG GOTY Doublage acteur voice acteur

Je le définirais par des exemples de sagesses ancestrales tels que le Yin et le Yang dans la culture asiatique, ou « les contraires s’attirent », pour reprendre un adage de chez nous. La dualité est inhérente à l’existence. Pas de musique sans silence, pas de jour sans nuit, pas d’hommes sans femmes… Ce contraste dans Disco Elysium, entre Kim et Harry, mais aussi avec tous les autres personnages, offre une palette psychologique très développée, qui permet à la narration d’être si bien construite, si profonde et très réaliste malgré ses nombreuses fantaisies et ses élucubrations farfelues.

Pour ceux qui n’ont pas eu droit à cette phrase Kim Kitsuragi peut au premier abord paraître froid à cause de son professionnalisme. Mais on remarque rapidement que le personnage est bien plus empathique qu’il n’y parait quand ses interactions avec le héros consistent à ne pas le brusquer dans son malaise. C’est une forme de conscience professionnelle qui met au premier plan les relations humaines. La fameuse concurrence entre Harry et Kim voulue par leurs supérieurs ne fait dès lors plus sens. Imaginiez-vous que votre personnage serait autant apprécié des joueurs ?

Honnêtement non, je ne m’y attendais pas. Je reçois de nombreux commentaires très agréables de personnes qui en plus d’adorer le jeu aiment particulièrement ma voix et tiennent à me le dire. Cela me fait immensément plaisir.

Nous sommes le soir du 13 décembre 2019 et Disco Elysium gagne le prix du meilleur jeu indépendant (devant Outer Wilds) et le prix de la meilleure narration (devant Death Stranding et A Plague tale : innocence). Imaginiez-vous un tel succès pour le jeu lorsque vous réalisiez le doublage de votre personnage ? Avez-vous immédiatement senti le potentiel du projet lorsque vous l’avez rejoint ?

Dès que j’ai testé le jeu en version beta, je me suis rendu compte qu’il sortait du lot. Il y a une telle lucidité, tellement d’humour, une réelle profondeur dans les domaines de la psychologie, des relations humaines, de l’histoire ou même en politique. C’est un mélange improbable qui était jusqu’alors inouï dans le monde des jeux vidéos, d’après ma toute petite connaissance du monde des gamers. Mais de là à imaginer qu’il allait gagner tellement de prix, non, je ne m’y attendais pas, même si je l’espérais bien et suivais les résultats avec attention. Je me souviens bien de cette soirée du 13 décembre 2019, qui a marqué le début d’une longue liste de prix gagnés par Disco Elysium.

Est-ce que l’expérience de travailler sur un média comme le jeu vidéo a été enrichissante ? Avez-vous d’autres projets en cours dans le milieu vidéo-ludique ou autre ?

Passer des journées entières avec deux personnes qui dirigent mon interprétation est extrêmement enrichissant. C’était une véritable immersion dans un rôle vocal, qui a grandement étoffé mon expérience et mes compétences. J’ai adoré le faire et suis très partant pour continuer dans cette voie.

Question un peu humoristique : Si vous avez joué au jeu, quel était le profil psychologique d’un Kim qui incarne un Harry ?

J’ai commencé deux fois le jeu, parce qu’après la sortie du jeu, j’ai perdu mon avancement dans la version beta. La première fois, j’ai choisi un profil qui me ressemblait et joué avec une certaine honnêteté. La deuxième fois, je suis parti vers un Harry en brute épaisse, sanguin et musclé, et j’ai pris les décisions qui m’amusaient le plus, souvent les plus extravagantes.

Quel effet cela fait-il d’être jugé par un personnage qui a votre voix ?

Quand je m’entends, je ne suis plus vraiment dans le jeu, je suis dans l’écoute de mon travail, le jugement technique et l’analyse. Cela ne me déplaît pas du tout mais j’ai à ce moment-là une approche plus technique qu’émotionnelle.

En tant que chanteur qu’avez-vous pensés de la scène du karaoké d’Harry ?

C’est mon ami et collègue Mikee Goodman, qui était l’ingénieur du son sur les enregistrements qui chante cette partie. Mikee est un très bon chanteur et j’aime beaucoup cette voit qu’il prend sur cette chanson, assez proche de Tom Waits.

Quelle est votre scène ou votre dialogue préféré ?

Difficile de mentionner une seule scène, mais ce jeu m’a vraiment fait rire, plus d’une fois, seul devant mon ordi. Il y a des répliques tellement épiques ! Et puis il y a un traitement du récit tellement surprenant, dès la première scène, ou alors lorsque Harry n’arrive pas à dormir et se retrouve face à face avec son autre soi pendu à l’arbre dans ses rêves, qui est une scène assez terrifiante…

Disco Elysium Kim Kitsugari Harry Dubois Interview ZAUM ZA/UM Estonie PC RPG CRPG No truces for the furies Steam GOG GOTY Doublage acteur voice acteur

C’est sur cette question que se conclut l’interview; je tiens à remercier comme il se doit monsieur Jullian Champenois, pour son dévouement et sa disponibilité ! Vous pouvez trouver ses réseaux ci-dessous, afin de le remercier, de suivre son actualité ou de découvrir sa musique (que je vous recommande personnellement) :

Site personnel : https://voixoff.jullian.be

Compte instagram : https://instagram.com/julliannailluj/

Compte Youtube : https://m.youtube.com/user/jullianchampenois…

Compte Twitter : https://twitter.com/julliannailluj?s=20

Durant le confinement, Jullian Champenois a réalisé de nouvelles musiques, que vous trouverez ci-dessous :

Disco Elysium étant un jeu qui me tient personnellement très à cœur, une analyse sur les thèmes et l’imagerie de l’oeuvre sera réalisée sur ce site lorsqu’il sera traduit en Français. L’avancement de la traduction peut-être suivi sur ce site : https://internationale.zaumstudio.com/

De quoi vous rendre tout aussi impatient que nous de découvrir ou redécouvrir ce jeu !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :